DIDIER BONNIN CONSEIL - Unité de Production (Cambounet)

Publié dans Retours d'expériences.

Didier Bonnin Conseil a apporté son expertise au projet de nouvelle unité de production de l’entreprise familiale Sirius à Cambounet-sur-le-Sor (81). L’objectif est d’augmenter les capacités de stockage, d’optimiser le circuit entre nouveau site et site actuel, locaux du sous-traitant et des services réglementaires et de contrôle qualité, ainsi que de limiter les pertes sur les emballages. Il faut aussi envisager une réorganisation du mode de travail. L’architecte Jean-François Collart, dont le credo est l’architecture bioclimatique, pilote l’équipe de maîtrise d’œuvre en charge de l’opération dont la livraison est prévue pour 2019.

Un schéma fonctionnel d’ensemble à partir du geste quotidien de l’opérateur

« Dans sa démarche, Jean-François Collart est très attentif au confort des usagers, en recherchant la qualité des ambiances. Il a décidé de m’intégrer dans l’équipe de conception pour participer à cette “performance d’usage”. Compte tenu de la nature de l’ouvrage, j’ai proposé de réaliser un diagnostic TMS Pro sur les activités existantes et de le traduire sous forme d’une programmation fonctionnelle, organisationnelle et technique » explique Didier Bonnin.

À partir de là, l’ergonome, l’architecte, les responsables et le directeur de production s’attachent à coproduire un « bâtiment au service d’un process respectueux de la qualité de vie au travail des personnels et non l’inverse ». Le schéma s’est établi sur la base d’une analyse précise des processus de travail et des gestes professionnels les plus courants des opérateurs. Ce travail en commun « a été aussi l’occasion de réfléchir à des dispositifs visant à faciliter la manutention, tels que pompe péristaltique pour le transvasement, plateforme individuelle déplaçable pour accéder aux nouvelles installations, cuves de décantation permettant de traiter plusieurs lots d’huiles essentielles bio ». Une deuxième mission a été confiée à l’ergonome consistant à aider l’entreprise à bien identifier les moyens requis et leur disposition dans l’espace. « Ainsi, l’ensemble des parties prenantes est assuré que la réalisation sera conforme, au détail près, à ce qui a été prévu. »

L’ergonomie, facteur de la démarche durable

Dans le cas présent, la démarche a été facilitée par les bonnes relations a priori entre maître d’ouvrage et architecte, architecte et ergonome. Inversement­, le processus a dû être adapté aux contraintes d’une entreprise de taille modeste : urgence de la production, financement de l’investissement. La démarche ergonomique et la proposition d’architecture ont néanmoins permis de soumissionner avec succès au programme « Bâtiments NoWatt » mis en œuvre par la région Occitanie afin de soutenir financièrement des projets exemplaires de construction ou rénovation de bâtiments économes et sobres en ressources.

> Fiche technique

- MO: Entreprise Sirius

- MOE: Agence Collart (architecte mandataire) ; Ingebat (béton), Libre (bois), Addenda (thermique et fluides), Didier Bonnin Conseil 

- Mission Didier Bonnin Conseil : Assistance à maîtrise d’usage et ergonomie des espaces de travail

- Surface: NC

- Calendrier: 2019

- Montant d’opération: 3 M€

Seti : Marquise « coque » de la gare d’Austerlitz (Paris)

Publié dans Retours d'expériences.

austerlitz

 

Seti a apporté son savoir-faire expert à la mise au point de la marquise couvrant le nouveau quai d’arrivée de la gare d’Austerlitz. Ce grand drapé ondulant sera l’un des éléments paysagers forts signant le très grand projet de réaménagement de la célèbre gare parisienne et du quartier mitoyen. Porté par la SNCF (Gares et Connexions) et la société d’aménagement de la ville de Paris, la maîtrise d’œuvre urbanistique et architecturale du projet est assurée par l’atelier Jean-Nouvel et l’Arep.

 

Une modélisation solide 3D

La construction fait notamment intervenir Chantiers modernes (filiale du groupe Vinci) qui a fait appel au bureau d’études toulousain pour résoudre les contraintes techniques fortes de la coque mince en béton armé de 750  m2, composée de 80 éléments de dimension variable assemblés sur site. « Nous avons pris le parti de modéliser l’ensemble de la structure en solide 3D afin de réaliser les études. Une approche spécifique a été développée pour tester la stabilité au feu  » explique John Sikpa, chargé du suivi de projet au sein de Seti. La tenue de la structure est assurée grâce à trois poteaux à corolle principaux (servant aussi de canal pour les eaux de pluie) ainsi que grâce à un système membranaire qui reprend les efforts en traction et compression.

 

Une certaine expérience du clavage des éléments

Un autre enjeu était évidemment la qualité visuelle : «  la sous-face visible doit avoir un aspect blanc parfait. D’où un travail très poussé, avec l’entreprise aveyronnaise en charge de produire les éléments, sur le système de clavage  ». À cet égard, Seti a pu s’appuyer sur les expériences réussies du château de Saint-Lys (31) ou encore de la sculpture qui coiffe le bâtiment principal de la Cité de l’espace à Toulouse.  Le projet a démontré tout l’intérêt d’une démarche itérative constante entre ses ingénieurs et le service Méthodes de l’entreprise de construction.

 

Fiche technique

- Donneur d’ordre : Chantiers Modernes
- Mission de Seti : Études de définition structurelle et établissement des plans de détails pour le chantier.
- Surface : 750 m2
- Calendrier : livraison en cours
- Montant des études: 180 000 euros (HT)

SACET : Centre culturel (CUGNAUX)

Publié dans Retours d'expériences.

cugnaux


SACET a mobilisé son expertise en matière de fluides au sein de l’équipe de maîtrise d’œuvre, constituée autour de l’agence d’architecture Munvez-Morel, du Centre culturel de Cugnaux. L’opération a été livrée en 2015. Elle a été menée dans un contexte très spécifique : d’où l’amputation d’une partie du programme initial, des contraintes supplémentaires pour la maîtrise d’œuvre (accompagner une nouvelle maîtrise d’ouvrage en cours de chantier).

 

Un dialogue réussi entre techniques et architecture

La maîtrise d’œuvre a démontré sa capacité à intégrer ces contraintes dans un projet qui conjugue qualité architecturale et haut niveau de performance énergétique. Ainsi que le souligne Francis Arliguié, chargé de suivre le projet pour SACET : « C’est une belle référence. Les équipements techniques s’intègrent bien au projet architectural et apportent une performance optimale en matière de confort d’usage.  » L’un des points clés du projet est précisément que les supports techniques ne soient pas visibles. SACET a fait valoir ici son expertise sur les équipements les plus appropriés. Ceux de production ont été positionnés en sous-sol dans un vaste local technique, tandis que les installations de distribution intérieure sont masquées à la vue et que, sur l’extérieur, les tourelles de désenfumage apparaissent discrètement en toiture.

 

Une réponse adaptée  au multi-usage

Les solutions que le bureau d’études a préconisées répondent à l’enjeu fort du multi-usage sur un site unique où se regroupent une médiathèque, une salle d’exposition, une école de musique, une école d’art. La médiathèque est traitée par plafonds chauffants-rafraîchissants afin d’assurer une ambiance calme, la salle d’exposition par pompe à chaleur «  4 voies  » permettant une occupation dense, l’école de musique par plancher chauffant/rafraîchissant en lien avec l’exigence de confort acoustique. La solution de pompes à chaleur géothermiques, dictée par cette exigence, est aussi un levier de la performance environnementale. Tenue des délais… Respect du budget… Architecture attrayante et fonctionnelle… Pour Francis Arliguié, la recette tient clairement à « une méthode de travail en véritable équipe de maîtrise d’œuvre, dès le commencement de l’opération ».

 

Fiche technique

- Maître d’ouvrage : ville de Cugnaux
- Maîtrise d’œuvre : Munvez-Morel (architecte) ; Terrell, Structure BCET (Bet structures), SACET (Bet fluides), Ligne Environnement (Bet environnement et HQE), Gamba Acoustique (Bet acoustique) ; Atemps architecture (scénographie) ; Alayrac (Bet économiste) ; Qualiconsult (Bet contrôle)
- Mission de SACET : mission de base loi MOP sur les lots techniques CVC/PBPS et CFO/CFA
- Surface : 4000 m2 (Shon)
- Calendrier : livraison en 2015
- Montant : 9 millions d’euros (HT)

OTEIS BEFS : Quai des savoirs et siège de l’UFTMP (Toulouse)

Publié dans Retours d'expériences.

quaisavoirs

 

Oteis Befs est intervenu sur le programme siège de l’Université fédérale et Quai des savoirs de Toulouse, livré à l’automne 2015. «  Une opération complexe est très exigeante techniquement : entre réhabilitation du bâti ancien, conservation d’éléments du patrimoine, reconfiguration des espaces, enjeux environnementaux et interface avec la ligne de tramway Garonne  » explique Patrick  Camelini, chef de projet pour le bureau d’études. Son intervention s’est faire au sein d’une équipe de maîtrise d’œuvre dont le mandataire était l’agence parisienne SCAU.

 

Une expertise précieuse pour réunifier la structure

L’ancienneté et l’hétérogénéité des locaux et des plans associés, l’enjeu patrimonial, mais aussi la présence de matériaux désormais prohibés (plombs, amiante), ont demandé une attention particulière en matière de curage. L’expertise d’Oteis a aussi été précieuse en matière de renforcement de la structure (façades et planchers), de solutions économique de reprise en sous-œuvre, d’assise de la nouvelle rue intérieure longeant les deux bâtiments et connectant les allées Jules-Guesde au Jardin des plantes.

 

Une solution innovante pour rafraîchir les bâtis

Un autre volet important était la réduction de la consommation énergétique et de l’empreinte carbone. Les architectes ont opté, en outre pour un système de rafraîchissement passif. S’appuyant sur des études thermiques dynamiques, l’équipe d’Oteis a notamment préconisé une solution innovante de rafraîchissement nocturne au moyen de volets positionnés en facade (sur les mensuiseries en en toiture). Les dispositifs de chaud/froid et ventilation sont adaptés à chaque grand type de lieu (tertaire, salles d’expositions, espaces techniques).

 

Un travail collectif constructif

Si l’opération a permis de faire naître un équipement de référence, la mener à bien n’en a pas moins nécessité, du fait de la complexité du programme, de phases d’études et de chantier pas toujours simples, «  un travail collectif très constructif, entre une équipe de maîtrise d’œuvre très volontaire et une maîtrise d’ouvrage qualifiée et attentive  » tient encore à souligner Patrick Camelini.

 

Fiche technique

- Maîtrise d’ouvrage : ville de Toulouse
- Maîtrise d’œuvre : SCAU (architecte mandataire)/Azema architecte (associés) ; Oteis Befs, Tribu, Tisseyre, Terrel (Bet)
- Mission d’Oteis : maîtrise d’œuvre (gros œuvre, charpente, ECS, courants forts et faibles, appareils élévateurs, VRD), missions complémentaires (coordination SSI, développement durable, Exe partielle, synthèse, reprise en sous-œuvre).
- Surface (utile) : 5 000 m2
- Livraison : automne 2015
- Montant des travaux : 21 millions d’euros